CONCOURS D’ARCHITECTURE LAUREAT 2002.

GARE ROUTIERE DE TOULON

LIVRAISON JANVIER 2005 | GARE ROUTIERE | TOULON (83)
  • Maîtrise d’ouvrage Conseil Général du Var
  • Programme Construction de la Gare Routière de Toulon et Aménagement Urbain le long du boulevard Téssé.
  • Surface 750 m² HOB et 9.000 m² d’aménagement urbain en centre ville ancien.

L’étude Flixbus 2017 (bus macron) vous décerne le Prix Européen du meilleur arrêt de France pour la Gare Routière de Toulon.

Place Albert - Lampadaire Allumé - AAPL architecte DPLG VAR
Extérieur de la gare routière de toulon
Escalier de la gare routière de Toulon par AAPL architecte DPLG VAR
Extérieur de la gare routière de toulon par AAPL architecte DPLG dans le VAR
Gare routière de Toulon par AAPL architecte DPLG dans le VAR

Equipe de Maîtrise d’Oeuvre :

Architectes :

UA (Unité d’Architecture)
Christophe Jatareu-Conte et Alain Sabrié, architectes associés (La Valette du Var) ;

Bureaux d’Etudes :

Epba (Structure) ; Adret (Fluides) ; Fontana (Economiste) ; Amoros (Acoustique) ;
Ecvr (Vrd) ; Richier (Paysagiste).

Entreprises :

Gecim (gros œuvre) ; SMAC ACIEROID (étanchéité), CHIRI (menuiseries extérieures),
ATEC (menuiseries intérieures), S.H.M. (auvents), ECVM (sols), SCHINDLER (ascenseur),
ABC DECO (faux plafonds), PBPM (peinture), AXIMA (Plomberie chauffage), EURELEC (électricité),
SACER (VRD), MEDITERRANEE ENVIRONNEMENT (Espaces verts).

 

L’étude Flixbus 2017 (bus macron) vous décerne le Prix Européen du meilleur arrêt de France pour la Gare Routière de Toulon.

C’est 12 ans après sa mise en service que cette étude indépendante menée auprès de ses clients par Flixbus entre Novembre et Décembre 2016 abouti à classer la Gare Routière de Toulon conçue par l’Agence Toulonnaise de l’Unité d’Architecture comme le meilleur arrêt de France.
L’Architecte Christophe Jatareu-Conte qui a dessiné la Gare se réjouit de ce prix et de cette reconnaissance des utilisateurs.

*étude Européenne Flixbus sur la qualité d’accueil dans les Gares routières Européennes et Françaises avec 40.000 réponses dont 10.000 réponses en France sur 116 arrêts.

Qu’elles sont vos premières impressions après cette distinction Européenne ?

C’est une reconnaissance tardive mais qui démontre notre anticipation des besoins des usagers des Gares Routières, des besoins de transports alternatifs dans les villes et du souhait de confort dans les transports collectifs.

En 2003, nous avons changé la façon de concevoir une Gare Routière et cette vision de la Gare Routière du 21ème siècle, que nous avons porté, reste toujours d’actualité et précurseur auprès des principaux destinataires que sont les utilisateurs.

Bien sûr, un prix pour l’un de ses bâtiments, qui plus est, avec une reconnaissance Européenne, reste toujours un moment particulier pour un Architecte, cela consacre le travail d’une équipe et permet de savourer quelques instants le chemin parcouru. C’est surtout pour notre agence le gage d’une compétence désormais reconnue par le prix d’Architecture le plus prestigieux, celui des utilisateurs.

Ce prix permet également de se replonger dans nos intentions lors de la conception pour finalement s’apercevoir que nous avons changé la ville et sa perception, mais aussi apporté du confort quotidien aux milliers de voyageurs qui transitent chaque année par la Gare Routière.

Justement qu’elles étaient vos intentions pour concevoir ce projet ?

Le site du projet était l’ancien site des quais de la Sernam. Frange de la haute ville de Toulon, ce terrain était la frontière naturelle entre la ville et les voies de chemin de fer qui la traversent.
Notre premier souci fût une réflexion à l’échelle de l’urbain. Une réflexion menée sur les parcours de demain.
Notre travail s’est porté sur la linéarité de l’espace urbain, sur ses séquences visuelles.
Notre projet crée en plusieurs étapes cette linéarité. Il la souligne, il l’affirme, il la séquence.
Ce projet qui crée de l’espace perçu, décloisonne le boulevard Téssé. Il se devait de permettre d’aérer le boulevard tout en maintenant sa perspective et en conservant son gabarit urbain.
L’une des principales caractéristiques de ce projet est sa faible importance du bâti avec un impact au sol de 250 m² pour un aménagement urbain d’environ 10.000 m².
Pour cela et dans un souci de cohérence urbaine nous avons décidé d’implanter la future gare routière en alignement des bâtiments de la gare Sncf historique.
Cet alignement ainsi créé, permet de conduire le voyageur depuis la gare routière jusqu’à la gare Sncf (ou inversement) en suivant un alignement d’arbres qui vient se composer avec un balisage lumineux au sol.
Cette composition urbaine crée une placette interstitielle entre les bâtiments en prolongement du parvis.
La mise en scène du bâtiment et de ses abords permettant une circulation sécurisée des piétons avec un accès direct entre les quais des autocars et la gare routière. Elle permet également au travers d’un escalier panoramique de gérer de façon élégante la différence de niveau entre les quais de la gare routière et l’accès de la gare Sncf. L’escalier monumental se poursuit à l’intérieur du bâtiment en complétant ce lien intérieur/ extérieur en permettant cette transition entre les deux niveaux devant coexister.
Le parvis vient ainsi en prolongement de celui de la gare Sncf et offre un véritable belvédère sur le boulevard Téssé.
En parallèle de l’escalier, nous retrouvons le trottoir le long du boulevard, largement élargie il permet le transit des voyageurs avec des bagages à roulettes ou des chariots.
Le niveau bas du parvis est une « rotule » d’orientation. Il permet de diriger les piétons dans plusieurs directions (ville, gare routière, gare Sncf, Zénith, taxi….).

En complément de l’aménagement autour du bâtiment, une place trouve naturellement sa position au débouché du tunnel sous les voies Sncf. Cette place face à la rue de Chabannes se compose comme un point d’arrêt visuel sur le boulevard Téssé. Sa mise en valeur permet de réorienter cet espace comme le lien naturel entre la place de la Liberté et le Zénith. Signalée par des colonnades de hauts palmiers, la place se pare dans ses angles de deux fontaines.

Autour de cette place et s’étirant le long du boulevard Téssé, l’aménagement recrée un alignement de pins parassols qui permet au boulevard de retrouver son gabarit à l’échelle de l’urbain. Composé comme un tampon entre les quais de la gare routière et le boulevard Téssé, cet alignement sécurise les déplacements tout en créant une identité visuelle prolongeant les pentes du Faron (le mont Toulonnais).
Etiré en longueur et composé autour de la place centrale, sa végétation permet des percées visuelles au piéton pour en faire un espace rassurant, tout en créant des masques, dissimulant aux véhicules les stationnements des bus. La gare s’intègre elle, à l’espace public, par les percées visuelles maîtrisées de la place et du parvis.

Pour le bâtiment de la Gare routière, nous avons souhaité donner l’image contemporaine d’une Gare Routière Ouverte sur le Monde.
Au travers de la transparence des façades, c’est la vitrine de premier département touristique et c’est la fonction de bâtiment destiné aux transports que nous avons souhaité mettre en avant.
Cette destination de voyages, de rêves, se matérialise par un bâtiment largement ouvert, qui invite à le découvrir.
La Gare transparente, se pare d’un auvent de métal et de verre qui vient caractériser le bâtiment. Il tend à rendre immatériel le volume qui couronne ce dernier. Prouesse technique avec des portes à faux allant jusqu’à 7,00 m, l’auvent reprend cette volonté de transparence à l’extérieur.
Cet auvent vitré que l’on retrouve le long des quais fait référence et s’inspire des grandes verrières composant les gares de chemins de fer du début du siècle. Sa structure d’acier se dessine pour protéger le piéton ou l’usager tout en reprenant le dialogue avec les voies ferré mitoyennes.
Les matériaux choisis se référant implicitement à l’environnement semi industriel de la gare sncf. L’acier, le galva, le verre, sont autant de choix d’intégration du bâtiment.

Le bâtiment et l’aménagement urbain s’ouvrent volontairement sur la Ville. Lieu de passage, de déplacement, la composition gère ainsi les flux des piétons, des autocars et des voitures. Continuité des parvis, liens avec la Ville, déplacements naturels, la transparence se veut omniprésente, tant sur le bâtiment que dans les lectures des espaces extérieurs. Les visions sur le site sont panoramiques. L’espace extérieur est décloisonné. Il laisse passer le regard et permet d’apprécier l’ensemble de l’aménagement. L’orientation des voyageurs s’en ressent et devient naturelle.

Le bâtiment se lit lui comme une invitation à le découvrir, à rentrer à l’intérieur. C’est un lieu ouvert, un lieu en accord avec sa fonction d’accueil. Il conserve cette volonté de vision panoramique sur le site et permet cette orientation naturelle.

Lieu d’arrivée ou de départ pour de nombreux touristes et usagers, nous avons souhaité, pour sa gare routière, renouer le dialogue avec un langage Architectural renouvelé, pour démontrer, s’il le fallait, toute la tradition d’accueil du département du Var et de la Ville de Toulon.

Que pourriez-vous nous dire pour conclure ?

Nous souhaitons remercier Flixbus et ses usagers pour avoir choisi la Gare Routière de Toulon comme meilleur arrêt en France et aussi remercier les personnes qui ont permis à ce projet d’exister avec au premier rang, le Maire de Toulon Hubert Falco et le Président du Conseil Général du Var de l’époque Horace Lanfranchi, mais également les techniciens du projet dont Alain Pruvost et Jacques Berthail du Conseil Départemental du Var et Jérôme Chabert de Var Aménagement Développement qui s’est occupé pour la maitrise d’ouvrage au quotidien de ce projet, sans oublier toutes les personnes de la maitrise d’œuvre et les entreprises qui ont permis de concrétiser ce merveilleux projet collectif.